Prix de Gaulle & Commémoration 2023

Prix de Gaulle & Commémoration 2023

Comme le veut la tradition, le jour même où devant la plus récente vitrine commémorative – de la bataille de Bir Hakeim – Brigitte Williams, Déléguée de la Fondation de la France-Libre, a partagé son expérience avec les élèves de 3e de Mme Adol qui ont lu l'Appel du 18 juin et évoqué le 80e anniversaire de la mort de Jean Moulin, le jury du Prix de Gaulle a délibéré et choisi le roman lauréat de sa 5e édition : Coeur du Sahel de Djaïli Amadou Amal, autrice de Les Impatientes, succès littéraire qui avait lui-même été récompensé du Prix Goncourt des lycéens en 2020. 

Ce lundi 26 juin, les élèves de 3e de Mme Adol ont écouté avec intérêt le récit de Brigitte Williams, Déléguée de la France Libre en Grande-Bretagne. Passionnée d'histoire et porteuse active du devoir de mémoire, Mme Williams vient chaque année enrichir et renouveler le contenu des vitrines du hall du 35 inaugurées en 2010. C'est toujours l'occasion d'échanges passionnants avec les jeunes générations qui, étudiant cette page de l'histoire dans leur programme d'enseignement, entendent des expériences personnelles, des anecdotes et des fragments de la Grande Histoire qui donnent du du relief à l'étude académique du sujet.

Ce même jour, dans la Cour de l'Entente Cordiale, symbolique au possible, devant le Centre de Documentation et d'Information du Lycée, les élèves ont annoncé le roman gagnant du Prix de Gaulle en présence de M. Devilard, qui avait ouvert la cérémonie, et de ses adjoints, des enseignants de lettres de 2nde, des enseignantes-documentalistes et de la Librairie La Page, partenaire du Prix de Gaulle.

Pendant l'année, les élèves de 2nde avaient eu la chance de rencontrer les auteurs de la sélection (voir l'article en cliquant ici ) :

  • Numéro Deux, de David Foenkinos - aux éditions Gallimard (2022)
  • Quand tu écouteras cette chanson, de Lola Lafon - aux éditions Stock, collection Ma nuit au musée (2022)
  • Coeur du Sahel, de Djaïli Amadou Amal - aux éditions Emmanuelle Collas (2022)
  • Un homme sans titre, de Xavier Le Clerc - aux éditions Gallimard, collection blanche (2022)

Retour sur ces échanges humains et littéraires...

Rencontre avec Djaïli Amadou Amal | Coeur du Sahel

Le 29 mars 2023, le Lycée Français Charles de Gaulle a eu l'honneur de recevoir Djaïli Amadou Amal, auteure camerounaise reconnue pour avoir écrit Les Impatientes, qui a reçu le Prix Goncourt 2020 au Royaume-Uni, ainsi que le Prix Goncourt des Lycéens. Elle s’est rendue au Lycée Français afin de répondre aux questions des élèves sur son dernier roman Cœur du Sahel.

Ce livre retrace l’histoire d’une jeune fille de 15 ans nommée Faydé qui quitte son village natal pour aller travailler en tant que domestique dans une famille plus aisée. Djaïli Amadou Amal critique ainsi la condition des femmes à travers les yeux de Faydé, nous faisant aussi réfléchir sur les injustices sociales que subissent les plus pauvres face aux riches. De plus, ce titre Cœur du Sahel provient du fait que l’histoire se situe au Cameroun et au centre du Sahel, et parallèlement, cette histoire met en œuvre un aspect romantique avec l’amour impossible entre Faydé et un professeur qui enseigne aux enfants de la concession.

C’est sur ces thèmes fascinants que les élèves de Seconde du Lycée Charles de Gaulle ont pu discuter avec l’auteure.
D’ailleurs, c’est en vivant entourée de domestiques dans sa concession pendant toute sa vie qu’elle s’est aperçue des inégalités auxquelles ils font face et a décidé (après de longs entretiens que l’auteure a menés avec sa famille, ses amis et ses anciennes domestiques), de commencer à écrire ce projet. Elle raconte les conditions de vie difficiles de ces domestiques, telles que les pénuries d’eau dans les villages d’où elles viennent, ou bien les violences physiques, sexuelles ou verbales qu’elles subissent. Djaïli Amadou Amal, qui elle-même a été mariée de force à un jeune âge, raconte les difficultés auxquelles elle a fait face, dénonçant la violence contre les femmes. L’auteure nous a raconté de manière marquante son combat pour la condition des femmes dans une société qui ne suit pas ces idées égalitaires entre hommes et femmes.

Cette rencontre enrichissante, honnête et passionnante nous a donné, à nous, jeunes lycéens, une nouvelle perspective sur la condition des femmes, et notamment les difficultés auxquelles elles sont confrontées au plein cœur du Sahel.

 Classe de 2°5 & Mme Adol, enseignante de lettres

Rencontre avec David Foenkinos | Numéro Deux

Les élèves du LFCG ont eu la chance de rencontrer David Foenkinos, un écrivain et réalisateur français, né en 1974 à Paris. Il est connu pour son livre Charlotte paru en 2014. En 2022, il a publié le roman Numéro Deux, qui parle d'un jeune garçon nommé Martin, qui a été confronté à un échec toute sa vie, car il est celui qui est arrivé second pour le rôle de Harry Potter. Ce livre fait partie de la sélection 2023 pour le Prix de Gaulle, qui est décerné chaque année par les élèves de Seconde du Lycée.
David Foenkinos écrit des livres de genres très différents, car il aime expérimenter et ne choisit pas simplement un genre ou un thème unique. Pendant son enfance, il lisait peu, mais à 16 ans, il a commencé à lire activement.
Il a souligné que grâce à TikTok, la moyenne d'âge de ses lecteurs a baissé, et il a désormais de nombreux lecteurs de 14, 15 et 16 ans.

Questions des élèves

Quel type de recherche avez-vous fait pour écrire Numéro Deux, et combien de temps l'écriture du roman vous a-t-elle pris ?

D. Foenkinos n'est pas fan ou spécialiste de Harry Potter. Il connaissait, comme tout le monde, des choses basiques sur ce roman, mais il n'a pas effectué de recherches approfondies. Il s’est surtout intéressé à la vie de l’autrice J.K. Rowling. Il a ajouté que le casting pour le rôle de Harry Potter avait été gigantesque et qu’à la fin il ne restait que deux personnes. Martin n’a pas été choisi. Foenkinos a pensé aux sentiments du jeune garçon traversé par cet échec et a décidé d’en faire un roman. Il a passé un an à l'écrire, ce qui est rapide.

Quand les ordinateurs n'existaient pas, avez-vous écrit sur du papier ?

"Non, en fait tu vois, je ne pouvais pas écrire sur du papier, car ce n'était pas encore inventé. J'écrivais sur des pierres." a plaisanté David Foenkinos.
Mais il a ajouté qu'aujourd'hui, il préfère écrire sur ordinateur, car il y a une mise en forme déjà prête.

Avez-vous improvisé pendant l'écriture de l'œuvre ou avez-vous un plan en tête ?

Chaque fois, c'est différent. Parfois, il a un plan précis, et parfois, il invente l'histoire pendant qu'elle progresse. Pour Numéro Deux, il n'avait pas de plan précis, mais avait la fin en tête. Il a donc adapté l'histoire d'une façon qui lui permettait d'arriver au résultat souhaité.

Avez-vous un rituel d’écriture ?

« Oui et non » répond David Foenkinos. Il n'a pas besoin d'une atmosphère précise pour écrire, mais il préfère écrire le matin, de préférence en voyageant en avion ou en train.
Cependant, David Foenkinos est tellement obsédé par l'écriture qu'il n'a pas nécessairement besoin d'une atmosphère particulière. Ce qui est le plus important, c'est la motivation. Lorsqu'il a tellement envie d'écrire que la seule chose à laquelle il pense est la suite de l'histoire, il peut écrire n'importe où.

Quel a été le roman que vous avez préféré écrire ?

David Foenkinos a mis huit ans pour écrire Charlotte. Il sentait une forte connexion avec le personnage et pouvait même ressentir ses sentiments. Il a travaillé sur ce roman pendant de nombreuses années, ce qui a renforcé sa connexion avec le personnage principal.
Parfois, lorsqu'il avait des idées, il se disait : « L'idée est bonne, mais je n'y arriverai pas ! Il y a des limites. »
Il aime également Numéro Deux car après sa publication, beaucoup de lecteurs lui ont parlé de leur échec et de la façon de s’en sortir, ce qui lui a fait plaisir, car il a pu exercer une grande influence.

Vos livres ont-ils été adaptés en films ?

David Foenkinos a reçu beaucoup de propositions pour adapter Numéro Deux.
Il ne veut pas toujours que ses livres soient adaptés en films. Parfois, il préfère que son œuvre reste un livre.
Son frère et lui ont réalisé La Délicatesse [NDLR - un roman de David Foenkinos publié en 2009 et adapté au cinéma par les frères Foenkinos en 2011]

Quel sera votre prochain livre ?

David Foenkinos travaille sur une histoire sur la résurrection.

Comment devenir un écrivain professionnel ?

« Un écrivain n'est pas un joueur de foot. Vous ne pouvez pas devenir « professionnel ». Cela se passe plutôt lorsque vous commencez à publier vos œuvres. »
L'écriture a permis à David Foenkinos d'exprimer ce qu'il pense, ce qu'il ressent et de montrer son univers. À 26 ans, il a publié son premier livre, alors que les grands succès ne sont pas arrivés avant l’âge de 46 ans.
Pendant des années, ses livres « n'ont pas marché » jusqu'à ce que La Délicatesse, l'une de ses œuvres les plus réussies, soit publiée.

Comment avez-vous commencé votre carrière au cinéma ?

David Foenkinos a commencé sa carrière cinématographique en 2005 avec son frère. Leur premier court métrage était de mauvaise qualité.
Le film La Délicatesse a connu un grand succès, ce qui les a encouragés à poursuivre. Ils ont continué à s'améliorer au fil des années, mais la pression est énorme et c’est un milieu très difficile.

Quand est-ce que vous savez que vous êtes satisfait de ce que vous écrivez ?

"On n'est jamais satisfait ! Tu peux le réécrire et l'améliorer jusqu'à l'infini." David ne relit jamais ses livres, donc il ne les change jamais après publication. Il est un peu stressé car il a beaucoup de pression pour écrire un bon roman et il vit avec cette frustration, même s'il essaie d'écrire la meilleure version possible (particulièrement quand il raconte la vie de vraies personnes).

Qui sont vos auteurs favoris ?

Romain Gary, Philippe Roth et Dostoïevski ont écrit des livres révolutionnaires”.

Vos livres sont-ils traduit dans d'autres langues ?

Oui, ils sont traduits dans beaucoup de pays”. Il a du succès surtout en français, espagnol et allemand. En juillet, Numéro Deux sortira en Angleterre..

Pourquoi le titre anglais de Numéro Deux ne serait-il pas Number Two ?

David voulait appeler la version anglaise Number Two, mais son éditeur lui a dit que cela n'était pas possible. Le titre anglais sera donc The Second Best.

Le métier d’écrivain, est-ce un métier difficile ?

David Foenkinos a mentionné l'importance de la persévérance et de la passion pour le métier d'écrivain. Il a expliqué que l'écriture est un travail difficile et solitaire qui peut parfois sembler ingrat, mais que c'est aussi une source de grande satisfaction. Pour lui, l'important est de ne jamais abandonner et de continuer à écrire même si les résultats ne sont pas immédiats.

Quels conseils donneriez-vous à ceux qui souhaitent écrire ?

Il ne croit pas qu'il y a une méthode miracle pour devenir un écrivain, mais que selon lui, la lecture est la clé. Il nous a encouragés à lire autant que possible, à découvrir différents styles et auteurs, et à développer leur propre voix en écrivant régulièrement.

Dans l'ensemble, la rencontre avec David Foenkinos a été une expérience enrichissante pour nous, qui avons pu en apprendre davantage sur le métier d'écrivain et la façon dont les romans sont créés. Nous avons été inspirés par la passion et la persévérance de l'auteur, ainsi que par sa capacité à trouver l'inspiration dans des situations et des émotions personnelles. Cette rencontre a peut-être même suscité des vocations chez certains d’entre nous, qui auront été inspirés par l'histoire de David Foenkinos et auront peut-être commencé à imaginer leur propre avenir dans le monde de l'écriture.

 Article proposé par Abdulaziz S. (2°5)

Rencontre avec Xavier Le Clerc | Un homme sans titre

Ce lundi 22 mai, nous avons eu la chance de rencontrer Xavier Le Clerc, l’auteur du livre Un homme sans titre, que nous avons lu pour le Prix de Gaulle du Lycée français. Lors de cette conférence, nous lui avons posé de nombreuses questions sur sa vie et son histoire, et il nous a gentiment répondu avec de claires et touchantes explications.

Tout d’abord il nous a expliqué sa relation avec son père, et ce qu’il a vécu. Il nous a raconté qu'il a réalisé ce livre car il s’est rendu compte qu’il ne connaissait presque pas la vie de son père, comme si c'était un secret pour lui.
Ensuite, Xavier Le Clerc, dont le nom de naissance est Hamid Aït Taleb, nous a raconté sa jeunesse depuis son enfance jusqu'à son arrivée à Londres. Il nous a expliqué son enfance passée dans un milieu défavorisé, ce qui lui a permis de forger sa personnalité et de devenir ce qu’il est : un auteur. Il nous a rapporté une anecdote : à cause de la situation de pauvreté où il vivait, il a volé des livres de la bibliothèque pour pouvoir satisfaire sa passion pour la lecture. Grâce à cette passion, il obtient son baccalauréat en candidat libre et fait des études à la Sorbonne.
De plus, il nous a partagé sa vision du monde et de ce qu’il trouve juste ou non, comme le fait que pour lui que “le monde est soit beau soit moche” et que “lorsque l’on veut, cela peut changer”. Puis, il développe le fait que pour lui c’est une richesse de naître et vivre dans une famille pauvre car, cela lui a permis de progresser et d’arriver là où il est maintenant. Selon lui, c'est le meilleur cadeau qui lui ait été fait car les personnes de milieu aisé, dès la naissance, n'ont pas forcément cette volonté.
Malheureusement, l'auteur préfère rester discret sur sa vie privée, et ne veut pas partager le fait qu’il soit toujours ou pas en contact ou bien en bons termes avec ses frères et sœurs, ce qui est compréhensible vu son histoire.
Nous avons beaucoup apprécié cette rencontre avec Xavier Le Clerc, qui nous a profondément touchés et qui nous a permis de nous rendre compte des situations auxquelles certaines personnes sont confrontées.

Amélie P. et Nikola de R. (2°5)

 

Comme le veut la tradition, le jour même où devant la plus récente vitrine commémorative – de la bataille de Bir Hakeim – Brigitte Williams, Déléguée de la Fondation de la France-Libre, a partagé son expérience avec les élèves de 3e de Mme Adol qui ont lu l'Appel du 18 juin et évoqué le 80e anniversaire de la mort de Jean Moulin, le jury du Prix de Gaulle a délibéré et choisi le roman lauréat de sa 5e édition : Coeur du Sahel de Djaïli Amadou Amal, autrice de Les Impatientes, succès littéraire qui avait lui-même été récompensé du Prix Goncourt des lycéens en 2020. 

Ce lundi 26 juin, les élèves de 3e de Mme Adol ont écouté avec intérêt le récit de Brigitte Williams, Déléguée de la France Libre en Grande-Bretagne. Passionnée d'histoire et porteuse active du devoir de mémoire, Mme Williams vient chaque année enrichir et renouveler le contenu des vitrines du hall du 35 inaugurées en 2010. C'est toujours l'occasion d'échanges passionnants avec les jeunes générations qui, étudiant cette page de l'histoire dans leur programme d'enseignement, entendent des expériences personnelles, des anecdotes et des fragments de la Grande Histoire qui donnent du du relief à l'étude académique du sujet.

Ce même jour, dans la Cour de l'Entente Cordiale, symbolique au possible, devant le Centre de Documentation et d'Information du Lycée, les élèves ont annoncé le roman gagnant du Prix de Gaulle en présence de M. Devilard, qui avait ouvert la cérémonie, et de ses adjoints, des enseignants de lettres de 2nde, des enseignantes-documentalistes et de la Librairie La Page, partenaire du Prix de Gaulle.

Pendant l'année, les élèves de 2nde avaient eu la chance de rencontrer les auteurs de la sélection (voir l'article en cliquant ici ) :

  • Numéro Deux, de David Foenkinos - aux éditions Gallimard (2022)
  • Quand tu écouteras cette chanson, de Lola Lafon - aux éditions Stock, collection Ma nuit au musée (2022)
  • Coeur du Sahel, de Djaïli Amadou Amal - aux éditions Emmanuelle Collas (2022)
  • Un homme sans titre, de Xavier Le Clerc - aux éditions Gallimard, collection blanche (2022)

Retour sur ces échanges humains et littéraires...

Rencontre avec Djaïli Amadou Amal | Coeur du Sahel

Le 29 mars 2023, le Lycée Français Charles de Gaulle a eu l'honneur de recevoir Djaïli Amadou Amal, auteure camerounaise reconnue pour avoir écrit Les Impatientes, qui a reçu le Prix Goncourt 2020 au Royaume-Uni, ainsi que le Prix Goncourt des Lycéens. Elle s’est rendue au Lycée Français afin de répondre aux questions des élèves sur son dernier roman Cœur du Sahel.

Ce livre retrace l’histoire d’une jeune fille de 15 ans nommée Faydé qui quitte son village natal pour aller travailler en tant que domestique dans une famille plus aisée. Djaïli Amadou Amal critique ainsi la condition des femmes à travers les yeux de Faydé, nous faisant aussi réfléchir sur les injustices sociales que subissent les plus pauvres face aux riches. De plus, ce titre Cœur du Sahel provient du fait que l’histoire se situe au Cameroun et au centre du Sahel, et parallèlement, cette histoire met en œuvre un aspect romantique avec l’amour impossible entre Faydé et un professeur qui enseigne aux enfants de la concession.

C’est sur ces thèmes fascinants que les élèves de Seconde du Lycée Charles de Gaulle ont pu discuter avec l’auteure.
D’ailleurs, c’est en vivant entourée de domestiques dans sa concession pendant toute sa vie qu’elle s’est aperçue des inégalités auxquelles ils font face et a décidé (après de longs entretiens que l’auteure a menés avec sa famille, ses amis et ses anciennes domestiques), de commencer à écrire ce projet. Elle raconte les conditions de vie difficiles de ces domestiques, telles que les pénuries d’eau dans les villages d’où elles viennent, ou bien les violences physiques, sexuelles ou verbales qu’elles subissent. Djaïli Amadou Amal, qui elle-même a été mariée de force à un jeune âge, raconte les difficultés auxquelles elle a fait face, dénonçant la violence contre les femmes. L’auteure nous a raconté de manière marquante son combat pour la condition des femmes dans une société qui ne suit pas ces idées égalitaires entre hommes et femmes.

Cette rencontre enrichissante, honnête et passionnante nous a donné, à nous, jeunes lycéens, une nouvelle perspective sur la condition des femmes, et notamment les difficultés auxquelles elles sont confrontées au plein cœur du Sahel.

 Classe de 2°5 & Mme Adol, enseignante de lettres

Rencontre avec David Foenkinos | Numéro Deux

Les élèves du LFCG ont eu la chance de rencontrer David Foenkinos, un écrivain et réalisateur français, né en 1974 à Paris. Il est connu pour son livre Charlotte paru en 2014. En 2022, il a publié le roman Numéro Deux, qui parle d'un jeune garçon nommé Martin, qui a été confronté à un échec toute sa vie, car il est celui qui est arrivé second pour le rôle de Harry Potter. Ce livre fait partie de la sélection 2023 pour le Prix de Gaulle, qui est décerné chaque année par les élèves de Seconde du Lycée.
David Foenkinos écrit des livres de genres très différents, car il aime expérimenter et ne choisit pas simplement un genre ou un thème unique. Pendant son enfance, il lisait peu, mais à 16 ans, il a commencé à lire activement.
Il a souligné que grâce à TikTok, la moyenne d'âge de ses lecteurs a baissé, et il a désormais de nombreux lecteurs de 14, 15 et 16 ans.

Questions des élèves

Quel type de recherche avez-vous fait pour écrire Numéro Deux, et combien de temps l'écriture du roman vous a-t-elle pris ?

D. Foenkinos n'est pas fan ou spécialiste de Harry Potter. Il connaissait, comme tout le monde, des choses basiques sur ce roman, mais il n'a pas effectué de recherches approfondies. Il s’est surtout intéressé à la vie de l’autrice J.K. Rowling. Il a ajouté que le casting pour le rôle de Harry Potter avait été gigantesque et qu’à la fin il ne restait que deux personnes. Martin n’a pas été choisi. Foenkinos a pensé aux sentiments du jeune garçon traversé par cet échec et a décidé d’en faire un roman. Il a passé un an à l'écrire, ce qui est rapide.

Quand les ordinateurs n'existaient pas, avez-vous écrit sur du papier ?

"Non, en fait tu vois, je ne pouvais pas écrire sur du papier, car ce n'était pas encore inventé. J'écrivais sur des pierres." a plaisanté David Foenkinos.
Mais il a ajouté qu'aujourd'hui, il préfère écrire sur ordinateur, car il y a une mise en forme déjà prête.

Avez-vous improvisé pendant l'écriture de l'œuvre ou avez-vous un plan en tête ?

Chaque fois, c'est différent. Parfois, il a un plan précis, et parfois, il invente l'histoire pendant qu'elle progresse. Pour Numéro Deux, il n'avait pas de plan précis, mais avait la fin en tête. Il a donc adapté l'histoire d'une façon qui lui permettait d'arriver au résultat souhaité.

Avez-vous un rituel d’écriture ?

« Oui et non » répond David Foenkinos. Il n'a pas besoin d'une atmosphère précise pour écrire, mais il préfère écrire le matin, de préférence en voyageant en avion ou en train.
Cependant, David Foenkinos est tellement obsédé par l'écriture qu'il n'a pas nécessairement besoin d'une atmosphère particulière. Ce qui est le plus important, c'est la motivation. Lorsqu'il a tellement envie d'écrire que la seule chose à laquelle il pense est la suite de l'histoire, il peut écrire n'importe où.

Quel a été le roman que vous avez préféré écrire ?

David Foenkinos a mis huit ans pour écrire Charlotte. Il sentait une forte connexion avec le personnage et pouvait même ressentir ses sentiments. Il a travaillé sur ce roman pendant de nombreuses années, ce qui a renforcé sa connexion avec le personnage principal.
Parfois, lorsqu'il avait des idées, il se disait : « L'idée est bonne, mais je n'y arriverai pas ! Il y a des limites. »
Il aime également Numéro Deux car après sa publication, beaucoup de lecteurs lui ont parlé de leur échec et de la façon de s’en sortir, ce qui lui a fait plaisir, car il a pu exercer une grande influence.

Vos livres ont-ils été adaptés en films ?

David Foenkinos a reçu beaucoup de propositions pour adapter Numéro Deux.
Il ne veut pas toujours que ses livres soient adaptés en films. Parfois, il préfère que son œuvre reste un livre.
Son frère et lui ont réalisé La Délicatesse [NDLR - un roman de David Foenkinos publié en 2009 et adapté au cinéma par les frères Foenkinos en 2011]

Quel sera votre prochain livre ?

David Foenkinos travaille sur une histoire sur la résurrection.

Comment devenir un écrivain professionnel ?

« Un écrivain n'est pas un joueur de foot. Vous ne pouvez pas devenir « professionnel ». Cela se passe plutôt lorsque vous commencez à publier vos œuvres. »
L'écriture a permis à David Foenkinos d'exprimer ce qu'il pense, ce qu'il ressent et de montrer son univers. À 26 ans, il a publié son premier livre, alors que les grands succès ne sont pas arrivés avant l’âge de 46 ans.
Pendant des années, ses livres « n'ont pas marché » jusqu'à ce que La Délicatesse, l'une de ses œuvres les plus réussies, soit publiée.

Comment avez-vous commencé votre carrière au cinéma ?

David Foenkinos a commencé sa carrière cinématographique en 2005 avec son frère. Leur premier court métrage était de mauvaise qualité.
Le film La Délicatesse a connu un grand succès, ce qui les a encouragés à poursuivre. Ils ont continué à s'améliorer au fil des années, mais la pression est énorme et c’est un milieu très difficile.

Quand est-ce que vous savez que vous êtes satisfait de ce que vous écrivez ?

"On n'est jamais satisfait ! Tu peux le réécrire et l'améliorer jusqu'à l'infini." David ne relit jamais ses livres, donc il ne les change jamais après publication. Il est un peu stressé car il a beaucoup de pression pour écrire un bon roman et il vit avec cette frustration, même s'il essaie d'écrire la meilleure version possible (particulièrement quand il raconte la vie de vraies personnes).

Qui sont vos auteurs favoris ?

Romain Gary, Philippe Roth et Dostoïevski ont écrit des livres révolutionnaires”.

Vos livres sont-ils traduit dans d'autres langues ?

Oui, ils sont traduits dans beaucoup de pays”. Il a du succès surtout en français, espagnol et allemand. En juillet, Numéro Deux sortira en Angleterre..

Pourquoi le titre anglais de Numéro Deux ne serait-il pas Number Two ?

David voulait appeler la version anglaise Number Two, mais son éditeur lui a dit que cela n'était pas possible. Le titre anglais sera donc The Second Best.

Le métier d’écrivain, est-ce un métier difficile ?

David Foenkinos a mentionné l'importance de la persévérance et de la passion pour le métier d'écrivain. Il a expliqué que l'écriture est un travail difficile et solitaire qui peut parfois sembler ingrat, mais que c'est aussi une source de grande satisfaction. Pour lui, l'important est de ne jamais abandonner et de continuer à écrire même si les résultats ne sont pas immédiats.

Quels conseils donneriez-vous à ceux qui souhaitent écrire ?

Il ne croit pas qu'il y a une méthode miracle pour devenir un écrivain, mais que selon lui, la lecture est la clé. Il nous a encouragés à lire autant que possible, à découvrir différents styles et auteurs, et à développer leur propre voix en écrivant régulièrement.

Dans l'ensemble, la rencontre avec David Foenkinos a été une expérience enrichissante pour nous, qui avons pu en apprendre davantage sur le métier d'écrivain et la façon dont les romans sont créés. Nous avons été inspirés par la passion et la persévérance de l'auteur, ainsi que par sa capacité à trouver l'inspiration dans des situations et des émotions personnelles. Cette rencontre a peut-être même suscité des vocations chez certains d’entre nous, qui auront été inspirés par l'histoire de David Foenkinos et auront peut-être commencé à imaginer leur propre avenir dans le monde de l'écriture.

 Article proposé par Abdulaziz S. (2°5)

Rencontre avec Xavier Le Clerc | Un homme sans titre

Ce lundi 22 mai, nous avons eu la chance de rencontrer Xavier Le Clerc, l’auteur du livre Un homme sans titre, que nous avons lu pour le Prix de Gaulle du Lycée français. Lors de cette conférence, nous lui avons posé de nombreuses questions sur sa vie et son histoire, et il nous a gentiment répondu avec de claires et touchantes explications.

Tout d’abord il nous a expliqué sa relation avec son père, et ce qu’il a vécu. Il nous a raconté qu'il a réalisé ce livre car il s’est rendu compte qu’il ne connaissait presque pas la vie de son père, comme si c'était un secret pour lui.
Ensuite, Xavier Le Clerc, dont le nom de naissance est Hamid Aït Taleb, nous a raconté sa jeunesse depuis son enfance jusqu'à son arrivée à Londres. Il nous a expliqué son enfance passée dans un milieu défavorisé, ce qui lui a permis de forger sa personnalité et de devenir ce qu’il est : un auteur. Il nous a rapporté une anecdote : à cause de la situation de pauvreté où il vivait, il a volé des livres de la bibliothèque pour pouvoir satisfaire sa passion pour la lecture. Grâce à cette passion, il obtient son baccalauréat en candidat libre et fait des études à la Sorbonne.
De plus, il nous a partagé sa vision du monde et de ce qu’il trouve juste ou non, comme le fait que pour lui que “le monde est soit beau soit moche” et que “lorsque l’on veut, cela peut changer”. Puis, il développe le fait que pour lui c’est une richesse de naître et vivre dans une famille pauvre car, cela lui a permis de progresser et d’arriver là où il est maintenant. Selon lui, c'est le meilleur cadeau qui lui ait été fait car les personnes de milieu aisé, dès la naissance, n'ont pas forcément cette volonté.
Malheureusement, l'auteur préfère rester discret sur sa vie privée, et ne veut pas partager le fait qu’il soit toujours ou pas en contact ou bien en bons termes avec ses frères et sœurs, ce qui est compréhensible vu son histoire.
Nous avons beaucoup apprécié cette rencontre avec Xavier Le Clerc, qui nous a profondément touchés et qui nous a permis de nous rendre compte des situations auxquelles certaines personnes sont confrontées.

Amélie P. et Nikola de R. (2°5)

 

Featured News
L'écriture cunéiforme
L'écriture cunéiforme
Full Story
Histoire complète
ADN-AEFE Échange scolaire en 2nde
ADN-AEFE Échange scolaire en 2nde
Full Story
Histoire complète
Bonne rentrée !
Bonne rentrée !
Full Story
Histoire complète
Concert à Leicester Square
Concert à Leicester Square
Full Story
Histoire complète
Journée Nationale du Sport Scolaire 2023
Journée Nationale du Sport Scolaire 2023
Full Story
Histoire complète