La tapisserie de Bayeux vue par les 5ème

La tapisserie de Bayeux vue par les 5ème

Les élèves des classes de 5°6 et 5°7 sont allés au musée de Reading, accompagnés de leurs professeurs d’histoire et d'arts Mmes Samson et Lockwood, et Monsieur Lepetit. L’objet de la visite : découvrir une reproduction de la tapisserie de Bayeux à l’échelle réalisée au XIXe siècle, et l’histoire de l’originale.

Compte-rendu de M. Lepetit, professeur d'arts de la 5°6

Lors de la sortie, les élèves ont commencé par faire quelques croquis à la sanguine.

Lorsqu’ils sont passés en classe à la réalisation de leur séquence respective, ils ont débuté par composer, c’est-à-dire à organiser dans l’espace et le format de leur feuille la place des différents éléments.
Le travail de groupe était là aussi central, car il devaient s’assurer d’avoir dans la composition de leur dessin un élément charnière sur la gauche et la droite de leur image, ceci afin d’opérer une transition avec le travail des autres camarades, et de fait contribuer à la cohérence narrative du projet commun.

J’ai incité les élèves à dessiner les personnages de la tapisserie sous forme de silhouettes, ceci en s’inspirant de la première réalisatrice de films d’animation Lotte Reiniger et aussi d’un extrait de Princes et Princesses de Michel Ocelot. Ainsi, après un travail d’analyse et de croquis préparatoires, ils ont pu comprendre qu’épurer une forme, tels les artistes modernes du XXe, est un exercice complexe et sensible à la fois. Incidemment, nous en sommes venus à Henri Matisse et ses papiers découpés, travail qui s’apparente aussi à des jeux de silhouettes colorées.

Les élèves ont alors abordé le travail de la couleur en passant à l’encre de Chine. Partant des trois couleurs primaires, ils ont appris à créer un cercle chromatique. Afin d’avoir une cohérence colorée sur l’ensemble de la fresque, je leur ai demandé de réaliser les Normands dans des tonalités ocre rouge et les Anglais dans des tons bleutés.
Je leur avais préparé quelques couleurs de base à partir desquelles ils ont chacun créé d’autres couleurs et ont ainsi développé leur séquence personnelle et laissé place à leur ressenti et à leur créativité.

[ndlr - les oeuvres des élèves ont été affichées en frise continue lors d'une exposition ouverte à un public de parents et de personnels du Lycée]

 

Compte-rendu de Mme Lockwood, professeur d'arts de la 5°7

La séance [au musée], s’est déroulée en deux temps : tout d’abord une explication très vivante du contexte historique, récits et scènes interprétées avec beaucoup d’entrain par les élèves déguisés. Dans un second temps, ils ont fait le tour de la tapisserie — 70m de long —, en prêtant une attention particulière à la dimension narrative de la pièce, aux modes de représentation des différents personnages, lieux, accessoires, et aussi à la composition des séquences, du lettrage et des motifs décoratifs.

En arts, á la suite de la visite, les élèves se sont partagé les scènes avec plusieurs consignes : faire des choix dans la reproduction de la scène pour insister sur ce qui leur paraissait important, repenser les couleurs en fonction de leur ressenti et de ce qu’ils pouvaient imaginer être les couleurs d’origine, rendre compte dans leur tracé de l’effet produit par la broderie. Enfin, s’efforcer de travailler en équipe, afin de produire une frise cohérente.

Nous avons divisé la tapisserie en séquences correspondant au nombre d’élèves. L’exercice était identique, faire des recherches et bien comprendre la narration de la tapisserie pour ensuite pouvoir décrypter et reproduire les éléments essentiels de la séquence qui leur avaient été attribuée.

Les élèves des classes de 5°6 et 5°7 sont allés au musée de Reading, accompagnés de leurs professeurs d’histoire et d'arts Mmes Samson et Lockwood, et Monsieur Lepetit. L’objet de la visite : découvrir une reproduction de la tapisserie de Bayeux à l’échelle réalisée au XIXe siècle, et l’histoire de l’originale.

Compte-rendu de M. Lepetit, professeur d'arts de la 5°6

Lors de la sortie, les élèves ont commencé par faire quelques croquis à la sanguine.

Lorsqu’ils sont passés en classe à la réalisation de leur séquence respective, ils ont débuté par composer, c’est-à-dire à organiser dans l’espace et le format de leur feuille la place des différents éléments.
Le travail de groupe était là aussi central, car il devaient s’assurer d’avoir dans la composition de leur dessin un élément charnière sur la gauche et la droite de leur image, ceci afin d’opérer une transition avec le travail des autres camarades, et de fait contribuer à la cohérence narrative du projet commun.

J’ai incité les élèves à dessiner les personnages de la tapisserie sous forme de silhouettes, ceci en s’inspirant de la première réalisatrice de films d’animation Lotte Reiniger et aussi d’un extrait de Princes et Princesses de Michel Ocelot. Ainsi, après un travail d’analyse et de croquis préparatoires, ils ont pu comprendre qu’épurer une forme, tels les artistes modernes du XXe, est un exercice complexe et sensible à la fois. Incidemment, nous en sommes venus à Henri Matisse et ses papiers découpés, travail qui s’apparente aussi à des jeux de silhouettes colorées.

Les élèves ont alors abordé le travail de la couleur en passant à l’encre de Chine. Partant des trois couleurs primaires, ils ont appris à créer un cercle chromatique. Afin d’avoir une cohérence colorée sur l’ensemble de la fresque, je leur ai demandé de réaliser les Normands dans des tonalités ocre rouge et les Anglais dans des tons bleutés.
Je leur avais préparé quelques couleurs de base à partir desquelles ils ont chacun créé d’autres couleurs et ont ainsi développé leur séquence personnelle et laissé place à leur ressenti et à leur créativité.

[ndlr - les oeuvres des élèves ont été affichées en frise continue lors d'une exposition ouverte à un public de parents et de personnels du Lycée]

 

Compte-rendu de Mme Lockwood, professeur d'arts de la 5°7

La séance [au musée], s’est déroulée en deux temps : tout d’abord une explication très vivante du contexte historique, récits et scènes interprétées avec beaucoup d’entrain par les élèves déguisés. Dans un second temps, ils ont fait le tour de la tapisserie — 70m de long —, en prêtant une attention particulière à la dimension narrative de la pièce, aux modes de représentation des différents personnages, lieux, accessoires, et aussi à la composition des séquences, du lettrage et des motifs décoratifs.

En arts, á la suite de la visite, les élèves se sont partagé les scènes avec plusieurs consignes : faire des choix dans la reproduction de la scène pour insister sur ce qui leur paraissait important, repenser les couleurs en fonction de leur ressenti et de ce qu’ils pouvaient imaginer être les couleurs d’origine, rendre compte dans leur tracé de l’effet produit par la broderie. Enfin, s’efforcer de travailler en équipe, afin de produire une frise cohérente.

Nous avons divisé la tapisserie en séquences correspondant au nombre d’élèves. L’exercice était identique, faire des recherches et bien comprendre la narration de la tapisserie pour ensuite pouvoir décrypter et reproduire les éléments essentiels de la séquence qui leur avaient été attribuée.

Featured News
Nos élèves ont du talent - ALANI
Nos élèves ont du talent - ALANI
Full Story
Histoire complète
ZENOS TOUR 20-24 sept 2021
ZENOS TOUR 20-24 sept 2021
Full Story
Histoire complète
Hors les Murs - octobre 2021 à l'Institut français
Hors les Murs - octobre 2021 à l'Institut français
Full Story
Histoire complète
Independent Schools Show 2021
Independent Schools Show 2021
Full Story
Histoire complète
English National Opera | Satyagraha, Philip Glass
English National Opera | Satyagraha, Philip Glass
Full Story
Histoire complète
Our newsletter
Notre newsletter
Archives
Archives